Vieille-Eglise : exaspérés par les travaux de la véloroute, les commerçants demandent une compensation
(Publié sur Nord Littoral)

     Les fermetures à répétition de la RD 219 fragilisent leurs commerces
     Depuis presque un an, les travaux de la véloroute ont débuté entre Audruicq et l’autoroute A16 à hauteur de Vieille-Église. Durant l’été, la D219 a été fermée pendant plus de 2 mois, et une nouvelle fermeture est annoncée pendant quinze jours à partir de ce matin.

     Déjà fragilisés, les commerçants craignent que la nouvelle fermeture ne mette encore plus à mal leur chiffre d’affaires.

     La riposte a commencé depuis quelques semaines, par le biais d’Alexandre Deroi, de la SARL éponyme au Pont d’Oye, qui est monté au créneau. « Je suis moins impacté que d’autres, mais ce sera à notre tour en 2018, avance-t-il, en faisant référence aux futurs travaux entre l’A16 et Oye-Plage. Les travaux doivent être faits, comme la véloroute, mais nous demandons une contrepartie. »
     Une réunion a eu lieu mi-juillet entre lui, plusieurs de ses collègues et Pierre-Henri Dumont, conseiller départemental.
     L’objectif : faire remonter l’information à Michel Dagbert pour limiter l’impact des travaux. Peine perdue selon eux. « Il n’a pas daigné nous répondre. Il a dit que les commerçants avaient été avertis des travaux, ce qui est faux et archi-faux. »

Des travaux qui s’éternisent
     Globalement, Alexandre Deroi déplore le manque de soutien envers les commerçants locaux. « Certains sont très très impactés, mais on n’a aucune aide. D’autres secteurs sont aidés en cas de difficultés, pourquoi pas nous ? ». Il dénonce enfin la longueur des travaux, qui se sont étalés sur deux années. « Il faut aussi penser aux usagers qui sont impactés. Il y a plusieurs milliers de voitures qui passent par jour. Les travaux n’avancent pas. Ça doit être fait, mais il y a de grosses bêtises. Vous vous rendez compte qu’une couche de 41 centimètres de béton est posée pour la véloroute ? ».

     Le goudronnage, qui commence aujourd’hui, devrait être la dernière étape des travaux d’après des élus. Pas de quoi faire renoncer les commerçants dans leur combat.

Par François Delencre